Pesticides 96 results

ECOSYSTÈMES : et si les abeilles disparaissaient ?

 

abeille au repas

ECOSYSTÈMES : et si les abeilles abeilles-belles couleurs sauvagnas-france-1079068136-1261412 disparaissaient ?

Au-delà des polémiques autour de certains insecticides (retrait du Régent de la firme BASF, et du Gaucho sur maïs de Bayer), Science actualités a cherché à comprendre ce qui se passait réellement sur la « planète des abeilles » en donnant la parole aux experts et aux éleveurs d’abeilles, les apiculteurs.



Quand les abeilles ne font plus leur miel…

L’histoire des abeilles accompagne celle de l’homme. Depuis l’aube de l’humanité, l’homme en savoure le miel. Aujourd’hui le nectar se fait rare car les abeilles sont malades. Depuis une trentaine d’années, en France, les populations d’abeilles diminuent, se fragilisent. Désigné coupable : l’homme avec la surexploitation industrielle de la nature, l’ajout inconsidéré de produits chimiques pour produire, mieux, plus. Le « plus » s’est transformé en son contraire. Encore une fois, voilà l’écosystème menacé.

Car hormis l’abeille, c’est toute la chaîne complémentaire qui relie l’animal au végétal qui se trouve déréglée. Pas d’abeilles = pas de pollinisation = disparition de certaines espèces végétales = disparition de certaines espèces animales…Les abeilles en France en quelques chiffres

...

Pour le respect de la controverse scientifique et de l’expertise contradictoire Soutien à Gilles-Eric Séralini et à ses co-auteurs

seralini

Le procès du Professeur Gilles-Eric
Séralini, attaqué par le looby pro-OGM aura lieu à Paris, le 23 novembre
prochain.
Il y a deux pétitions, une pour les scientifiques et
une pour le public plus large pour appuyer Gilles-Eric Séralini.

 

Le lobby industriel des OGM, ne pouvant pas répondre sur le fond
scientifique des critiques formulées par Gilles Eric Séralini, a décidé
de le dénigrer.
Ceci une tactique classique des industriels qui
consiste à tirer sur le messager afin de faire taire ceux qui osent
remettre en question l’orthodoxie confortable et intéressé des pro-OGM.

Si vous ne l'avez pas fait, je vous invite à signer et à faire passer cette information.

 

http://sciencescitoyennes.org/spip.php?article1807#signature

 

La controverse entre chercheurs, organisée au sein de la communauté scientifique, est un des moteurs essentiels de la construction des savoirs. Pour être reconnu, un résultat doit avoir résisté à toutes les tentatives d’invalidation par les collègues.

 

...

Pesticides et santé » : un rapport complaisant et partisan . La France n’est pas sortie du bois

 

Pesticides-et-Parkinson-
Je vous partage une partie de la dernière lettre du MDRGF et si les dossiers des pesticides et des OGM vous préoccupent je vous encourage à vous abonner è leurs lettres et/ou  à les soutenir.Le MDRGF - Mouvement pour les Droits et le Respect des Générations Futures

La mission du MDRGF est d'informer des dangers sanitaires liés aux pollutions notamment par les pesticides.

Ils sont régulièrement sollicités par les médias (TV, radio, presse, internet) car ils sont une des rares source d'informations scientifiques indépendante sur ces sujets (pesticides, agriculture bio, toxiques...).

Le 27 avril 2010 paraissait un rapport émanant de l’Office parlementaire des choix scientifiques et technologiques sur le thème « pesticides et santé ». Les deux auteurs du rapport s’appellent C. Gatignol, député UMP de la Manche, et JC Étienne, sénateur UMP de la Marne.


Le MDRGF, via F. Veillerette, avait été convié, il y a plus d’un, au comité de pilotage de ce dossier... auquel nous avons été invité une seule fois ! Fort de notre présence, nous avons cependant alimenté copieusement les rapporteurs de nombreuses études montrant un lien entre utilisation des pesticides et effet sur la santé.
En juillet 2009, nous avons reçu un pré-rapport totalement partisan et pro-pesticides que F. Veillerette s’est fait fort de démonter point par point… ensuite plus de nouvelles jusque ce jour du 27 avril 2010 où par le plus grand des hasards on apprenait que Messieurs les rapporteurs donnaient une conférence de presse le soir même pour rendre public leur rapport !

...

Un MUST: Un film qu’il nous faut voir absolument;SOLUTIONS LOCALES POUR UN DÉSORDRE MONDIAL

 coline serreau

Solutions locales pour un désordre global est un film documentaire de Coline Serreau (3 Hommes et un couffin, La Crise, La belle verte, Chaos,...)

Pendant trois ans, Coline Serreau a parcouru le monde caméra au poing, à la rencontre de femmes et d’hommes de terrain, penseurs et économistes qui expérimentent localement, avec succès, des solutions pour panser les plaies d’une terre trop longtemps maltraitée.

“Il faut désormais montrer qu'il existe des solutions, faire entendre les réflexions de ceux qui inventent et expérimentent des alternatives !"
Coline Serreau

"Ceux qui sont en ville peuvent parfaitement se solidariser avec ceux qui sont à la campagne, et ainsi on fait un pont par dessus toute la sphère affairiste. Et l'autonomie c'est le maître mot aujourd'hui." Pierre Rabhi

Sortie nationale en salle le 7 avril 2010. http://www.solutionslocales-lefilm.com


C'est un film qu'il nous faut voir afin de pouvoir agir concrètement de la meilleure façon qui soit pour contrer les manigances de Monsento et compagnie.

 
En 2010, Colibris et Pierre Rabhi entrent dans une nouvelle phase : l'accompagnement des acteurs dans leur passage de la réflexion à l'action. Nous sommes les acteurs...chaque jour nous agissons...nous choisissons ce que nous mangeons et achetons. La priorité est l'agriculture et l'alimentation. Cette question est au cœur de toutes les préoccupations et l'objectif de Colibris est de donner à chacun les moyens d'agir pour changer de modèle de consommation.

...

SOLUTIONS LOCALES POUR UN DÉSORDRE GLOBAL, de Coline Serreau

Sortie nationale le 7 avril 2010 « Les films d'alertes et catastrophistes ont été tournés, ...

Un réseau pour les victimes des pesticides

Pesticides-et-Parkinson- Le mouvement pour le droit et le respect des générations futures vient de lancer un Réseau des victimes des pesticides. Cette association, qui milite depuis quinze ans pour une agriculture sans pesticides, est sollicitée par "de nombreux particuliers qui constatent qu'ils n'ont aucun moyen de se défendre contre les pulvérisations, la législation étant quasiment inexistante", explique François Veillerette, président du Mouvement.

Bertrand Pouchin est l'un d'entre eux. Lorsqu'il achète sa maison au milieu des champs de blé de la Beauce, en juillet 2004, il pense avoir gagné un "petit coin de paradis". Il déchante vite. Un week-end, un énorme tracteur vient pulvériser des pesticides à l'odeur nauséabonde jusqu'à la haie qui sépare les champs de son jardin, où joue son petit garçon. Première confrontation, violente, avec le fermier. M. Pouchin fait appel au maire qui, dans un premier temps, temporise. "Le conseil municipal, composé de huit céréaliers sur onze élus, a fini par m'envoyer promener, raconte-t-il. Chez les gendarmes, même chose ! On m'a répondu que les agriculteurs étaient là avant moi, et qu'ils doivent travailler." Il ne trouve donc personne pour constater l'infraction qui consiste à pulvériser ces produits même par vent de force 3, soit 19 km/h. "C'est pourtant fréquent dans la Beauce, premier parc éolien de France !", observe M. Pouchin. "De mars à octobre, on vit un enfer !, poursuit-il. Les céréaliers déversent des herbicides, des insecticides, des fongicides, des hormones de croissance, des hormones de contrôle..."

...

Les grenouilles ont des choses à nous apprendre

grenouilles 

Le 28 juin 2009, le supplément week-end du « New York Times » incluait cet éditorial du très influent NICHOLAS D. KRISTOF au sujet des perturbateurs endocriniens dans l'eau et de leurs conséquences sur la santé humaine. L’auteur cite un passage d’un récent rapport de 50 pages de la Endocrine Society sur le sujet, qui mentionne spécifiquement les risques de cancers et qui vient d'être publié. Etant donné son importance, nous avons traduit cet article pour les lecteurs de guerir.fr.

Les premiers signes d'une catastrophe sanitaire potentielle pourraient d'ores et déjà être observables chez les animaux aquatiques. Ils sont de plus en plus souvent victimes de malformations à la naissance, surtout de leurs organes génitaux.


Les grenouilles, les salamandres et autres amphibiens ont de plus en plus de jambes surnuméraires. Dans le lac Apopka, l'un des plus grands lacs de Floride, fortement pollué, les alligators mâles se développent avec un retard de croissance des organes génitaux.
Dans les bassins du Potomac près de Washington, la perche à petite bouche (smallmouth bass) male se transforme rapidement en " poisson androgyne ", avec des caractéristiques féminines. Cela a été découvert seulement en 2003, mais la dernière enquête a révélé que plus de 80 pour cent des perches à petite bouche mâles du Potomac pondent des œufs.


Désormais, les scientifiques font le lien avec la constatation de nombreuses anomalies chez l'homme, en particulier avec de fortes augmentations du nombre de malformations génitales chez les nouveau-nés mâles. Par exemple, jusqu'à 7 % des garçons sont nés avec des testicules qui ne sont pas descendues. Une anomalie qui se corrige souvent tout seule avec le temps, sans gravité. Et près de 1 % des garçons aux États-Unis sont maintenant nés avec une hypospadie, une anomalie caractérisée par un urètre qui sort du pénis à sa base.

...

Victime des pesticides, il se convertit au bio

 

Max Coupier, 65 ans, ancien arboriculteur dans les Alpes-de-Haute-Provence: " C'était une sorte de guerre entre producteurs à celui qui avait les plus belles pommes."

Max Coupier, 65 ans, ancien arboriculteur dans les Alpes-de-Haute-Provence, aujourd'hui retraité, s'est converti au bio sur la fin de sa carrière. Il est devenu oléiculteur passionné et tenait un moulin pour l'huile d'olive à Volx. Sans langue de bois, il raconte la "folie de l'utilisation des pesticides" et ce cancer du poumon dont il a été atteint sans que personne ne fasse le lien pour lui.


Pour vous, est-ce qu'il y a eu des dérives dans l'utilisation des pesticides ?
Max Coupier : "Bien sûr, on a agi comme des fous dans l'arboriculture. J'ai commencé à l'âge de 16 ans avec mon père. On traitait à outrance dans ce secteur, poussé par les marques de produits et mal conseillés. C'était une sorte de guerre entre producteurs à celui qui avait les plus belles pommes, les plus belles pêches, la plus grosse récolte. On utilisait les produits sans réelle protection, sans masque. Répandant les produits comme cela, alors qu'il fallait s'enfermer dans la cabine d'un tracteur."

...

L’eau potable et le cancer: un lien?

eau

Y-a-t-il un lien entre le cancer et l'eau potable ? En collaboration avec le WWF-France et avec le soutien de 20 scientifiques de renom, David Servan-Schreiber signe un texte aux conclusions simples : tout comme on doit faire attention à l’eau qu’on donne à un nourrisson, il faut faire attention à l’eau qu’on donne à une personne dont la santé est fragilisée par une maladie comme le cancer.

L’eau du robinet est en général de bonne qualité en France si l’on prend comme critères d’évaluation les normes réglementaires. Cependant, les personnes malades du cancer ou qui sont passées par la maladie doivent bénéficier d’une eau potable de qualité irréprochable au nom du principe de précaution. De nombreuses études établissent des liens entre cancer et polluants de l’eau.
En France, la qualité de l’eau varie selon les régions et selon les périodes de l’année, en raison de l’activité agricole. De fait, des personnes fragilisées peuvent être exposées sans le savoir à des taux de nitrates et de pesticides supérieurs aux normes.
De plus, les normes de qualité n’ont pas évolué malgré les nouvelles connaissances sur des polluants à effet hormonal (certains pesticides, certaines hormones, le bisphénol A...) ou sur la présence de dérivés médicamenteux.

...

le Roundup devrait être interdit

roundup

Voici un exposé très intéressant écrit par marie-Monique Robin sur son blogue.ce :

A lire à tout prix l'article du Canard Enchaîné de cette semaine qui raconte comment Monsanto a triché pour obtenir l'autorisation de mise sur le marché du roundup. Ou à défaut lire cette chronique parue dans Le NouvelObs.com

On y découvre ce que j'écrivais déjà dans mon livre: pour obtenir l'homologation du roundup, Monsanto a fourni des tests menés sur des rats, qui ont été exposés au glyphosate seul - la molécule active de son herbicide- mais pas au cocktail qui constitue les formulations commercialisées, mille fois plus toxiques que la substance active. Or, le roundup contient notamment un poison, le POEA, un détergent qui sert à améliorer la solubilité de l'herbicide et sa pénétration dans les plantes. Or, en intoxication aigüe, la dose mortelle de ce surfactant est trois fois inférieure à celle du glyphosate seul!

Ainsi que je le révélais dans mon enquête, le Professeur Robert Bellé, chercheur au CNRS et à l'Université Pierre et Marie Curie, avait découvert la manipulation lorsqu'il avait comparé les effets du roundup (des formulations commercialisées, qui ne contiennent qu'un pourcentage de glyphosate, le reste étant des surfactants couverts par le "secret commercial")avec ceux du glyphosate seul. Les effets du roundup sur les mécanismes de la division cellulaire ("première étape qui conduit au cancer", avait-il dit)  étaient beaucoup plus importants que ceux obtenus avec la molécule active isolée. Normal: sans les surfactants, le glyphosate n'arrive pas à pénétrer les cellules végétales, il ne peut donc pas avoir d'effet!

...