Canada: Europe: encore plus de problèmes avec les OGM

sur le blogue de Greenpeace Québec par Éric Darier

L’Europe et le Canada ont décidé d’enterrer la hache de guerre sur les OGM à l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Le gouvernement canadien affirme même que cet accord va améliorer « l’accès au marché [européen] pour les produits agricoles canadiens génétiquement modifiés, tout particulièrement les graines de canola ».

Lorsqu’on regarde de plus près les termes de l’accord, l’Europe n’accepte que de tenir des discussions bilatérales régulières avec le Canada sur les OGM et rien de plus (Tiens il serait intéressant que l’Europe insiste pour le Canada s’harmonise avec l’étiquetage obligatoire des OGM!).

Qu’est-ce que cet accord va changer? Pas grand chose…pour l’Europe.  Il faut se rappeler que l’Europe autorise déjà l’importation d’une vingtaine d’OGM, mais avec l’étiquetage obligatoire des OGM et le probablement bientôt le renforcement de cet étiquetage à la viande et aux produits de la viande, il n’y a pas vraiment de marché pour les OGM alimentaires en Europe. Donc, accord ou pas accord, la situation ne va pas changer dramatiquement le contenu des assiettes en Europe.

Par contre, le gouvernement Harper-Monsanto mise beaucoup sur le canola (à 95 % OGM) qui peut être transformé en biodiésel pour faire rouler les voitures européennes. 

Et voilà, le vrai intérêt du gouvernement canadien : exporter du biodiésel à partir de Canada vers l’Europe comme cheval de Troie pour les OGM. Mais la bataille n’est pas finie. Les agrocarburants (biodiésel notamment) sont sujet à controverse en Europe aussi comme l’est au Québec et au Canada le maïs-éthanol ou l’utilisation de la biomasse forestière. Le gros problème cependant de la stratégie canadienne est le déplacement des productions de canola dans l’est du Canada pour se rapprocher du marché européen. On risque donc de voir plus de champs de canola au Québec.

Comme il s’agit d’une plante OGM à forte pollinisation et qui a des plantes cousines naturelles, attention à la contamination génétique qui va augmenter ici. Le pire scénario serait que les promesses de marchés en Europe ne fonctionnent pas et qu’on se retrouve ici avec des surplus de canola OGM. Devinez qui va manger tout ce canola OGM. Vous et moi!… parce qu’on n’a pas encore l’étiquetage obligatoire des OGM. Il est temps d’envoyer un courriel aux députés de l’Assemblée nationale si vous le l’avez pas déjà fait.